Noyers-sur-Serein
cité médiévale
dans l’air du temps

autour de Noyers

  Autour de Noyers

Nous vous proposons une balade faite de coups de cœur hors des sentiers battus. Au hasard d’un détour, une cabane de vigneron, une tour oubliée, les ruines d’une maison abandonnée et, au loin, nichée entre les méandres du Serein, Noyers la médiévale, Noyers la magnifique.

En partant de Noyers, prendre la direction de Tonnerre. En arrivant à Yrouerre dont l'orangerie vaut une petite halte, tournez à gauche en direction de Viviers puis à deux cent mètres vers Poilly. Quelques kilomètres sur le plateau entre vignes et bois, on arrive à Poilly, village viticole par excellence avec ses 60 hectares d’appellation Chablis et petit Chablis, son église St Aignan du XVème siècle qui renferme à l’intérieur de ses murs un haut-relief de la Vierge au manteau. A voir aussi le moulin au-dessus du Serein, et entre les deux ponts, une halte s’impose au déversoir où le Serein est superbe.

Pour rejoindre Perrigny et Annay, la route qui longe le Serein est indiquée. Suivre la direction Molay-Noyers. En passant par Sainte Vertu, une pause peut se faire au musée de la coiffure. Une route étroite permet d’atteindre Perrigny avec son lavoir à trois arcades et Annay et son église avec son remarquable triptyque du XVIème de Menasier.

Pour gagner Noyers, on peut passer par Moutot et y découvrir à quelques centaines de métres de la route, le château qui fut une ancienne possession du Duc de Luynes, dernier seigneur de Noyers (ce château privé ne se visite pas).

Au sud de Noyers, au sommet de la colline qui domine la vallée du Serein, Jouancy, la plus petite commune du département, possède un beau château du XVème siècle, aux tuiles vernissées, en cours de restauration. Il ne se visite pas, mais il est visible de loin.

En repartant de Jouancy un détour par le prieuré de Vausse s’impose. En plein cœur de la forêt domaniale de St Jean, s’élève le prieuré de Vausse, un monastère cistercien à la fois austère et magnifique, fondé au XIIème siècle.

Caractérisé par des lignes épurées et presque sans ornement, le petit cloître adossé à l’église est bien conservé. Du XIIème au XVème siècle, ce lieu eut une certaine importance et vit affluer les fidèles. Pendant les croisades, on y vénérait sainte Marie de Vausse. Ce fut une période faste pour les religieux qui recevaient alors de nombreux dons. Le nombre de fidèles allant croissant, une chapelle fut construite au XIVème siècle. Puis vint le temps de la décadence, les dons se raréfiérent ainsi que les moines.
Au XVIIIème, un incendie détruisit la salle capitulaire et le dortoir des moines et en 1791, le prieuré, devenu bien national, fut acheté par Adrien Joseph Dumortier, qui le transforma en faïencerie, jusqu’en 1858.
Puis, lorsqu'elle devint propriété de la famille Petit, Ernest Petit, historien, installa sa bibliothèque dans l’église. Ses descendants essaient de donner un second souffle au prieuré en organisant des soirées musicales et théâtrales à travers l’association Vausse Animations.

Pour revenir à Noyers, il faut faire un détour par Annoux avec son château qui conserve le souvenir du maréchal Davout.

En descendant le cours du Serein, on découvre Grimault blotti autour des larges méandres de la rivière, puis Cours, un hameau charmant, dominé par un prieuré et par le château d’Archambault. A Cours, l’été, le Serein se traverse à gué.

  Un peu plus loin

Un peu plus loin Noyers se situe au cœur d'un département riche au niveau patrimonial. A 30 kilomètres à la ronde il faut y découvrir Tonnerre et l’ancien Hôpital Marguerite de Bourgogne, le Château de Tanlay, le palais renaissance d’Ancy-le-Franc, Avallon et ses remparts édifiés par Vauban. Un peu plus loin encore, la colline éternelle de Vézelay vers le massif du Morvan, le canal de Bourgogne, Montbard et le souvenir de Buffon, le village fortifié de Semur-en-Auxois et le château d’Epoisses.

Plus au nord, planté sur les plateaux ou blotti dans d’étroites vallées, le vignoble de Chablis s’étire le long de la vallée du Serein sur 19 communes. Chacune offre des valeurs viticoles historiques et humaines, répondant à ces évasions touristiques qui font l’authenticité cachée d’une région. Mais aussi, tout proche, il y a d’autres vignobles à découvrir, moins prestigieux, mais dont la qualité surprend plus d’un amateur comme l’Aligoté, le Sauvignon et le Chardonnay qui ouvrent la porte sur les blancs de Chitry et de Saint Bris et les rouges d’Irancy et d’Epineuil.